Phèdre

Mes chers sujets, je vous salue (enfin on ne se fait pas la bise parce-que je tiens une de ces crèves!)! Je viens de finir Phèdre que je tiens à chroniquer la pièce tant que l’histoire reste bien fraîche dans ma tête parce que vu l’état de décrépitude dans lequel je me trouve, il apparaît que demain j’aurais sans doute oublié des détails. Ne vous méprenez pas quand même, je ne vais pas chroniquer un livre par jour! J’aimerais pouvoir le faire mais j’ai malheureusement d’autres obligations dues à mon statut de reine M’sieurs Dames. Bref! Donc aujourd’hui j’ai lu Phèdre, aux éditions biblio lycée (certes j’ai passé l’âge mais il fait partie des livres que j’ai trouvé au vide grenier le weekend dernier donc on ne va pas faire les difficiles). Et bien figurez vous que je ne la trouve pas si mal cette édition quand on veut lire ce texte juste pour sa culture, sans avoir à faire une étude approfondie dessus. Les dossiers annexes sont simples et agréables à lire, on peut très certainement trouver plus complet mais l’essentiel y est, donc je suis plutôt satisfaite de ce côté là. Passons au résumé, je vous donnerai ensuite mon avis.

Résumé royal:

C’est l’histoire d’Hippolyte, le fils de Thésée, roi d’Athènes, et d’Antiope, reine des Amazones, qui est amoureux secrètement d’Aricie, la princesse du sang royal d’Athènes (et dont la famille au complet a été tuée lors d’une bataille). MAIS, Phèdre, qui est l’épouse de Thésée (son père, à Hippolyte, vous suivez hein?), est secrètement amoureuse d’Hippolyte. OR, ces deux amours sont interdits par Thésée car la famille d’Aricie était ennemie du roi, et que bien sûr Thésée ne va pas partager sa femme avec son fils! ET Là, coup de théâtre, Thésée meurt! Du coup tout le monde en profite pour faire ses déclarations (Hippolyte à Aricie puis Phèdre à Hippolyte, vous suivez toujours?)! MAIS EN FAIT, Thésée reviens, il a réchappé des enfers! Dommage pour les autres, c’est trop tard ils ont avoué! Donc là ça devient compliqué pour Phèdre qui avait décidé de mourir au début à cause de son amour impossible, puis qui avait décidé de ne plus mourir puisque, son mari mort, elle n’avait plus rien à se reprocher, et qui du coup veut re-mourir puisqu’il est en fait vivant. C’est là qu’intervient la maligne (vous allez voir comme le plan est astucieux!) Oenone, sa fidèle nourrice et confidente, qui invente un stratagème et qui raconte à Thésée que c’est Hippolyte qui a avoué son amour à Phèdre! Et là vous comprenez bien que Thésée il l’a mauvaise! Il va voir son fils, lui dit on peut se parler, tout ça, et lui ORDONNE de fuir LOIN, très loin, parce-que même loin, c’est trop près!

Voilà je m’arrête ici parce que je ne vais quand même pas dévoiler la fin (mais jusque là on se rend compte que c’est vraiment Plus belle la vie de l’époque!)! Mais c’est une tragédie hein alors les « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », je vous déconseille de vous y accrocher.

Résumé au dos du livre:

Quel secret douloureux pousse donc le farouche Hippolyte à fuir Trézène (Trézène c’est Athènes), pour aller rejoindre son père Thésée dans sa quête des monstres fabuleux? Quel mal plus terrible encore mine Phèdre, la jeune épouse de Thésée, et la conduit à vouloir mourir? Tous deux aiment d’un amour interdit. Le poids d’une vieille malédiction semble s’acharner sur cette illustre famille dont les ancêtres divins se partagent l’univers. L’annonce inattendue de la mort de Thésée va provoquer des aveux irréversibles. Revenant alors à l’improviste, Thésée retrouve le monstre dans sa propre maison. Mais il ne sait pas le reconnaître et, dans son aveuglement tragique, il voue à la mort celui qui lui est fidèle. (J’ai senti arriver le SPOILER mais non en fait, qu’ils sont malins!)

Le spectateur éprouve avec les héros de Phèdre toutes les douleurs et les fureurs de la passion, et subit avec la même terreur qu’eux la marche implacable de la fatalité.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Comme je l’ai dit, au niveau de l’édition déjà, j’ai trouvé les dossiers pas mal conçus. Au niveau du texte, quelqu’un aurait-il quelque chose à redire? Du pur classique, avec une tragédie classique, très bien écrite, je n’ai rien à ajouter.

Les -: Simplement (mais cherchons des excuses, c’est peut être parce-que je suis malade?), une certaine tendance de ma part à me laisser porter par « la musique des mots » du fait que ce soit écrit en vers. Ce qui du coup m’obligeait à relire des répliques entières car je n’avais prêté attention qu’aux rimes et pas à l’histoire. (Votre majesté vous êtes STUPIDE!)

Ma note:

16/20  Je suis contente d’avoir lu cette pièce que je n’avais jamais lu jusque là et qui est admirablement écrite, mais dans le théâtre classique j’ai préféré de loin d’autres histoires quand même (dois-je avouer mon penchant très prononcé pour Molière?).

Citations choisies:

« Sa présence à ce bruit n’a point paru répondre :

Dès vos premiers regards je l’ai vu se confondre.

Ses yeux, qui vainement voulaient vous éviter,

Déjà pleins de langueur, ne pouvaient vous quitter.

Le nom d’amant peut-être offense son courage ;

Mais il en a les yeux, s’il n’en a le langage. »

« Depuis près de six mois, honteux, désespéré,

Posant partout le trait dont je suis déchiré,

Contre vous, contre moi, vainement je m’éprouve ;

Présente, je vous fuis; absente, je vous trouve ;

Dans le fond des forêts votre image me suit ;

La lumière du jour, les ombres de la nuit,

Tout retrace à mes yeux les charmes que j’évite ;

Tout vous livre à l’envi le rebelle Hippolyte. »

« La veuve de Thésée ose aimer Hippolyte !

Crois-moi, ce monstre affreux ne doit point t’échapper.

Voilà mon cœur. C’est là que ta main doit frapper.

Impatient déjà d’expier son offense,

Au-devant de ton bras je le sens qui s’avance.

Frappe. Ou si tu le crois indigne de tes coups,

Si ta haine m’envie un supplice si doux,

Ou si d’un sang trop vil ta main serait trempée,

Au défaut de ton bras prête-moi ton épée. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s