Les attaques de la boulangerie

20151101_164238Quelle honte! Je viens de m’apercevoir que je n’avais même pas donné le nom de l’illustratrice dans mon article sur Sommeil. Il s’agit de Kat Menschik qui est aussi l’illustratrice de cette autre nouvelle de Murakami, toujours aux éditions Belfond, que je viens de terminer. Encore des illustrations magnifiques! Ne parlant pas Allemand, il m’est difficile de trouver des informations sur le travail de cet artiste. Je vous invite tout de même à admirer son travail ici (oh le lien! Très recherché, bravo majesté!).

Bref, revenons à nos citrouilles (jeu de mots douteux, je vous l’accorde, mais de circonstance hein!), encore une fois j’ai été séduite par la beauté de cet ouvrage. Un peu moins par l’histoire qui se compose de deux nouvelles très courtes, ou de deux chapitres d’une même nouvelle. Je vous en dis plus ensuite, en attendant en voici un aperçu:

20151101_164101    20151101_164213

Résumé royal:

La faim qui, telle un volcan sous-marin, creuse un gouffre tellement vaste qu’elle amène à commettre des actes absurdes et irraisonnés…

Résumé au dos du livre:

Superbement illustrées, deux nouvelles, dont une totalement inédite, pour découvrir autrement l’univers envoûtant de l’auteur de la trilogie culte 1Q84.

Un homme et une femme dans un appartement de Tokyo. Ils ont faim. Pas une faim ordinaire. Une faim qui tenaille, qui prend aux tripes, qui obsède.

Une faim comme le souvenir d’une faim antérieure.

Une faim tellement forte, tellement impérieuse qu’elle va les pousser à commettre la plus absurde des attaques…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Toujours les illustrations, vert et or cette fois, d’une finesse et d’une poésie qui collent à la perfection avec l’univers de Murakami. Aussi, même si j’ai beaucoup moins apprécié cette histoire que celle de Sommeil, je reste tout de même sensible à la poésie dans l’écriture de cet auteur.

Les -: Là je vais être plus virulente que d’habitude. Encore une fois, le prix. 17€ et cette nouvelle est encore plus courte que Sommeil! Ensuite, justement, j’ai trouvé ce texte vraiment trop court. Certes, c’est une nouvelle, mais on n’a pas le temps d’être immergé dans l’histoire que c’est déjà fini. Dommage. Je n’ai pas non plus été sensible au sujet de cette histoire. L’idée de base était bien mais pourquoi ne rien développer? On sait que la vie du personnage a complètement changée après avoir entendu de la musique classique, mais pourquoi? Trop de pourquoi à la fin de ma lecture. Le coup de la malédiction, c’est un peu trop facile à mon humble avis. Je n’en dirais pas plus car ce serait vous Spoiler toute l’histoire, mais c’est un bilan très mitigé, pour la première fois pour moi avec cet auteur.

Ma note:

14/20  De belles illustrations, encore une fois beaucoup de style et de poésie dans l’écriture mais je n’ai pas été transportée par l’histoire. Ma première déception à la lecture d’Haruki Murakami et j’espère, la dernière.

Citations choisies:

« Peu importait, au demeurant.

Dieu était mort, tout comme Marx et John Lennon. »

« Sur la table s’alignaient leurs têtes et deux gobelets de milk-shake à la fraise, une vraie sculpture avant-gardiste. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s