Le Prisonnier du ciel

Non!!!! Ça ne peut pas se finir comme ça!!! Je viens juste de le terminer, il faut que je t’en parle vite, vite!

Résumé royal:

La librairie, Noël, la crèche et le petit Jésus, un mystérieux visiteur, les ennuis de Fermín, le passé, la prison, David Martín…

Résumé au dos du livre:

Barcelone, 1957.

La sonnette tinte sur le seuil de la librairie Sempere. Le client s’approche de Daniel en boitant. L’objet de sa visite ? Un magnifique exemplaire du Comte de Monte-Cristo… Qu’il laisse à l’attention de Fermín, en congé, accompagné d’un curieux message du passé…

C’étaient les heures noires du franquisme : à la prison de Monjuïc, parmi les damnés du régime, Fermín portait le numéro 13.

Les fantômes refont surface. Dans l’ombre, le Cimetière des Livres oubliés cache toujours son secret…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Mais tout! J’ai retrouvé le plaisir de lire que j’ai éprouvé dans le premier tome, les personnages que j’avais tant aimés!

L’histoire de Fermín, dont on apprend le passé horrible et qui malgré tout nous fait toujours autant rire!

L’histoire tellement bien menée, le lien qui est fait entre les deux tomes précédents qui éclaircit tout, le passé de Fermín, la suite de l’histoire de David Martín. Ce tome donne envie de tout relire, pour bien comprendre les détails maintenant qu’on sait (et maintenant que je ne suis plus malade, ce qui m’a peut être empêché de comprendre les subtilités du tome 2)!

Toujours cette ambiance qu’arrive à installer cet auteur de génie qui fait qu’on s’arrête presque de respirer pendant deux pages pour tout à coup éclater de rire!

Et la fin! Cette fin si émouvante et tellement… ouverte!!! A quand la suite, à quand la suite!!!!!!!

Les -: Trop court! Je ne voulais pas que ça s’arrête, même si la tension était à son comble! Je ressens maintenant cette espèce de mélancolie qu’on éprouve quand on referme un livre qu’on a tant aimé. Il va me falloir un peu de temps, je crois, pour pouvoir passer à autre chose.

Ma note:

19/20  C’était bien! C’est passé trop vite! J’ai tellement hâte de découvrir la suite! Parce que oui il y aura une suite, je l’ai lu ici. Mais je n’ai pas trop d’informations sur ça. Tu en sais plus toi? Si oui, dis moi tout dans les commentaires, j’ai hâte de savoir!

Citations choisies:

 « Il arrive qu’on se fatigue de fuir, dit Fermín. Le monde est très petit quand on ne sait pas où aller. »

« Et on prétend que le fou est Martín!

-Le fou est celui qui se prend pour quelqu’un de normal et qui croit que les autres sont des imbéciles. »

« Les hommes sont comme les marrons qu’on vous vend dans la rue : quand on les achète, ils sont tout brûlants et ils sentent bon, puis dès qu’on les sort de leur écorce ils refroidissent tout de suite et on s’aperçoit qu’ils sont presque tous gâtés à l’intérieur. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s