Le passage de la nuit

Il est de ces moments où, relisant un livre, tu te remémores des sensations lointaines, rangées dans un coin oublié de ta mémoire. Les sensations de tes 15 ans, cette époque où peu importait la réalité, où seule ta soif de découvrir te faisait vivre, où rien d’autre que tes envies n’avait d’importance… J’ai pris plaisir à redécouvrir ce livre, celui par lequel j’ai découvert Haruki Murakami, il y a 11 ans. Il m’a d’ailleurs semblé que c’était le meilleur choix, que c’est par celui ci qu’il fallait commencer. Ce livre c’est une nuit à Tokyo, où le temps s’égraine lentement, où on retrouve cette nostalgie que sait si bien instaurer cet auteur, et que j’ai d’autant plus ressentie qu’il a réveillé beaucoup de souvenirs. Ce livre est un temps de méditation et de calme, où l’on s’autorise à ralentir, à faire une pause avant de retourner à une vie où tout va parfois trop vite…

Résumé royal:

Un restaurant, Tokyo la nuit, une chambre, un love hôtel, un masque, des vinyles, l’horloge de la nuit, les caméras de surveillance, une moto, l’heure des fantômes, le bureau désert, de la musique classique, du lait entier et une pomme choisis avec soin, un café, une réponse taille M, des sandwiches au thon et au mercure, le square aux chats…

Résumé au dos du livre:

Dans un bar, Mari est plongée dans un livre. Elle boit du thé, fume cigarette sur cigarette. Surgit alors un musicien qui la reconnaît. Au même moment, dans une chambre, Eri, la soeur de Mari, dort à poings fermés, sans savoir que quelqu’un l’observe. Autour des deux sœurs vont défiler des personnages insolites : une prostituée blessée, une gérante d’hôtel vengeresse, un informaticien désabusé, une femme de chambre en fuite. Des événements bizarres vont survenir: une télévision qui se met brusquement en marche, un miroir qui garde les reflets… A mesure que l’intrigue progresse, le mystère se fait de plus en plus dense, suggérant l’existence d’un ordre des choses puissant et caché. Le temps d’une nuit, Haruki Murakami nous entraîne dans un Tokyo sombre, hypnotique, aux prémices d’un drame.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Sous ses aspects sombres et inquiétants, j’ai plus ressenti du calme que de l’inquiétude à la lecture de ce roman. Cet auteur a vraiment un don pour instaurer cette ambiance de quiétude dans ses romans. Ça fait du bien!

Encore et toujours chez Murakami, le côté onirique, surnaturel, qui se mêle à la réalité. On est incapable de distinguer le rêve du réel, sans que cela ne pose aucun problème.

Les personnages, dont on ne sait pas grand chose, et pourtant attachants.

Et bien sûr, comme à chaque fois, c’est un livre qui parle de nourriture! A chaque fois que je lis Murakami, j’ai faim!

Les -: Certains passages un peu longuets peut être, mais sans que j’arrive vraiment à définir pourquoi.

Ma note:

17/20 Voilà un livre qui fait du bien quand on se sent stressé (mon dieu que je déteste ce mot!). On se pose, au calme de cette nuit, et on s’interroge sur la réalité sans en être vraiment affecté. C’est un livre qui donne envie de prendre le temps de vivre.

Citations choisies:

« Elle interrompt sa lecture, regarde par la fenêtre. De son point de vue, au premier étage, elle peut observer le boulevard animé. Même à cette heure, les passants sont nombreux, les lumières vivent. Des gens sans destination, d’autres avec. Des gens sans but, d’autres avec. Des gens qui essaient de retenir le temps, d’autres qui cherchent à en précipiter le cours. Après avoir contemplé quelques instants le spectacle urbain ininterrompu, la fille inspire et se replonge dans son livre. Elle saisit sa tasse. Sa cigarette à peine entamée se consume sur le cendrier et forme une longue cendre régulière. »

« A l’évidence, il y a là quelque chose de tout à fait incompatible avec le naturel. Voilà à peu près ce que l’on est en mesure de comprendre pour le moment. »

« Tu sais, nos vies ne sont pas découpées simplement en « sombre » et « lumineux « . Il y a une zone intermédiaire qui s’appelle « clair-obscur « . La saine intelligence consiste à en distinguer les nuances, à les comprendre. Et, pour acquérir cette saine intelligence, il faut pas mal de temps et d’efforts. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s