Harry Potter et l’enfant maudit

Attention là on arrive à l’Article (avec un A majuscule, je vous prie).

Tadadadaaaaaaaaaaaa!

Bon je vais vous annoncer la couleur dès le départ, je suis un peu perdue quant à mon avis sur cette lecture. Je fais certainement partie des plus grands fans d’Harry Potter depuis mes 11ans (oui parce que j’ai eu la chance de découvrir ces livres à 11 ans et d’attendre chaque sortie d’un nouveau tome tel un hippogryphe affamé), et c’est pour cette raison que j’ai mis tant de temps avant de lire L’Enfant maudit : j’avais peur d’être déçue.

Bon avant que votre majesté vous fasse l’honneur de vous donner son avis (… oui bon c’est dimanche!), commençons dans l’ordre (maiiiis oui!).

Résumé royal:

Dix-neuf ans plus tard, retour sur le quai de la voie 9 3/4, Harry accompagne ses enfants jusqu’au Poudlard express, son fils Albus a peur d’être envoyé chez les Serpentard.

La décision du choixpeau. Une amitié profonde. Des rencontres. Un défi. L’inattendu. Les ennuis. Le passé. Des décisions. La compréhension.

Résumé au dos du livre:

La huitième histoire. Dix-neuf ans plus tard.

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il travaille au cœur des secrets du ministère de la Magie.
Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Quand passé et présent s’entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus.

Le texte intégral de la pièce de théâtre.
D’après une nouvelle histoire originale de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne.
Une pièce de théâtre de Jack Thorne.

Ce que j’en ai pensé (je vais essayer de ne pas spoiler):

D’abord, j’ai davantage eu l’impression de lire une fan fiction qu’un 8ème tome de Harry Potter. Je m’explique (en évitant de spoiler au maximum) : j’ai eu l’impression que cette histoire tourne davantage autour de ce qui aurait pu se passer durant l’histoire que l’on connaît, plutôt que dans le présent. Un peu comme si on avait ressorti les brouillons de JK Rowling et que l’on avait écrit une histoire avec. Du coup, les nouveaux personnages (les enfants de Harry, Ginny, Ron, Hermione et Malefoy) ne sont pas vraiment des personnages principaux à mon sens puisqu’ils partent en quête de quelque chose qui puisse résoudre le passé de leurs parents…

Les +: La scène de la bibliothèque dans le bureau d’Hermione! J’ai adoré!

Même si j’ai mis un peu de temps à démarrer, j’ai quand même été happée par cette lecture (on est quand même de retour dans cet univers que j’adore!) et ai tout lu d’un trait!

Ron, toujours aussi drôle (quoique un peu trop…).

Rogue, toujours aussi… « CŒUR » « CŒUR » « CŒUR »!!?!?!!

Enfin, la relève est plutôt pas trop mal assurée, même si je ne me suis pas autant attachée aux enfants qu’aux parents. Mais le Scorpius Hermionesque-intello-froussard me plaît bien.

Les – (et là, sachez que je suis vraiment désolée de tout ce que je vais dire, j’en suis la première peinée) :

J’ai mis un bon moment avant de me mettre dans le bain, je n’arrivais pas à m’attacher aux nouveaux personnages au début… ni aux anciens d’ailleurs. Je ne les reconnaissais pas.

Malefoy qui s’entend avec tout le monde! Non mais c’est un comble! Je veux bien qu’ils aient des intérêts communs, et pas des moindres, mais Malefoy est censé rester Malefoy pas faire copain copain!

McGonagall qui appelle Hermione Mme la Ministre, et Malefoy qui appelle McGonagall Minerva… sont devenus potes? C’est possible mais moi ça me gêne, pour moi McGonagall reste leur professeur même si ils sont adultes, je comprends qu’ils aient d’autres relations mais de là à inverser les rôles, je m’insurge! Un peu de respect tout de même!

Un gros moins, comme l’a fait remarquer Margaud Liseuse dans sa vidéo, pourquoi les parents interviennent toujours lorsque leurs enfants ont des ennuis à Poudlard? Personne n’est intervenu pour Harry, Ron, Hermione et les autres pendant sept ans non? Et d’ailleurs, où sont passé leurs autres enfants, James, etc? On ne les voit jamais!

La vendeuse de bonbons dans le Poudlard express qui se sent pousser des ailes (ah ah le jeu de mots majesté! Tape m’en cinq!). Non mais qu’est ce qui lui prend?

Et le polynectar préparé viteuf on en parle?

Enfin, on sent que J.K Rowling n’a pas écrit cette histoire. J’ai trouvé qu’il manquait ce petit je ne sais quoi qui a rendu les Harry Potter uniques. Peut être est-ce dû à la forme (théâtrale) du texte, je ne sais pas. Il m’a manqué sa « magie ».

Et enfin,questions SPOILER: Pourquoi avant la bataille de Poudlard, Voldemort, certain de son succès, aurait cherché à s’embarrasser d’une descendance puisqu’il visait l’immortalité? Et surtout, puisque Bellatrix a accouché dans le manoir des Malefoy, comment ça se fait Drago ne soit pas au courant? Ron était saoul pour son mariage au point de ne pas s’en souvenir et Hermione n’a rien dit? Ah et juste une dernière : Harry a peur des pigeons???!???

Ma note:

14/20 Même si j’ai eu pas mal déceptions, il n’en reste pas moins que j’ai été plus qu’heureuse de retrouver le monde d’Harry Potter. Mais trop d’incohérences à mon goût. Je n’ai pas envie de détester ce livre alors je suis un peu désarçonnée.

Citations choisies:

« Comment distraire Scorpius d’un gros problème émotionnel ?
Emmenez-le dans une bibliothèque. »

« Albus est différent et c’est plutôt une bonne chose, non ? Tu sais, il voit très bien que tu fais ton Harry Potter. Ce qu’il veut, c’est voir qui tu es vraiment. »

« DELPHI
Qu’est-ce que tu as fabriqué ?

SCORPIUS
J’ai…heu….ouvert un livre pour le lire. Depuis que je suis sur cette planète, ça ne m’a jamais paru une activité particulièrement dangereuse. »

Le Miroir d’Ambre – A la croisée des mondes / 3

Tout est bien qui finit… triste! Et moi je suis contente d’avoir enfin fini (même si j’ai failli, je l’avoue, verser ma petite larme. En même temps, quel mélodrame cette fin)! Il est de ces livres que l’on ne veut jamais terminer, desquels on déguste chaque page comme si la vie allait s’arrêter quand on les aura refermés. Ça n’a pas du tout été mon cas ici. J’ai eu beau apprécier cette lecture, je me dis qu’ENFIN je vais pouvoir passer à autre chose. J’ai trouvé ce tome meilleur que le précédent, plus rythmé, plus intéressant, mais je crois que lire les trois d’affilée, c’était trop pour moi.

Difficile d’en parler sans dévoiler quoi que ce soit des tomes précédents (mais je suis contente que certains personnages meurent enfin! Non, non, n’insistez pas, je n’en dirais pas plus.).

Comme dans le tome 2, on retrouve une critique très virulente de l’église, parfois de façon explicite: « Mais il était parfois nécessaire de tuer des gens, par exemple; dans ces cas-là, l’assassin était beaucoup plus serein s’il pouvait agir en état de grâce », ou encore « Le crucifix autour de son cou et le fusil dans son dos étaient les deux symboles de sa volonté inébranlable d’accomplir sa tâche ». Je préfère ne pas donner d’avis critique, n’étant pas compétente pour le faire, mais je trouve dommage que ce genre de choses apparaissent dans un livre jeunesse, les enfants ne disposant (à mon avis) pas d’assez de sens critique ou de culture historique pour comprendre le contexte dans lequel se déroule l’histoire.

Ah et j’ai aussi remarqué que l’auteur aime les mots « bougainvilliers » et « rhododendrons », on les retrouve souvent!

Résumé royal:

La disparition. Des anges amoureux. Le sommeil. Le retour de Iorek. Serafina Pekkala. Les changements climatiques. Ama. La forteresse. Des complots. Mary. Des personnages étranges au squelette en losange. La Sibérie. Le feu. La course. Les affrontements. Mme Coulter. Les libellules. Des personnes de petite taille. La forge. La montagne. Lord Asriel. Le vaisseau d’intentions. Une mission. Un voyage particulier. Les harpies. L’Eglise. La mort. La bataille…

Résumé au dos du livre:

Lyra, l’héroïne des Royaumes du Nord et de La Tour des Anges, est retenue prisonnière par sa mère, Mme Coulter, qui pour mieux s’assurer de sa docilité, l’a plongée dans un sommeil artificiel. Will, le compagnon de Lyra, armé du poignard subtil, s’est lancé à sa recherche, escorté de deux anges, Balthamos et Baruch. Avec leur aide, il parviendra à délivrer son amie. Mais, à son réveil, Lyra lui annonce qu’une mission encore plus périlleuse, presque désespérée, les attend : ils doivent descendre dans le monde des morts…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: J’ai adoré les passages avec Mary et les mulefas, c’était nouveau, très inventif, et plein de beaux sentiments (instant de mièvrerie, le retour!).

Contente de retrouver les anciens personnages, même si le paysage du grand nord du premier tome m’a manqué (trop de soleil! Trop de soleil! Et moi qui pensais que ce serait une histoire parfaite à lire pendant l’hiver!).

Mon côté sorcière a beaucoup aimé les harpies aussi! Très chouette description, j’aurais presque senti leur odeur!

La « morale » de l’histoire: Donnez, beaucoup, mais surtout, soyez libres!

Enfin, ce que Philip Pullman écrit dans ses remerciements: « J’ai volé des idées dans tous les livres que j’ai lus. Quand j’effectue des recherches pour un roman, mon principe est le suivant: « Lire comme un papillon, écrire comme une abeille » et, si cette histoire renferme un peu de miel, c’est uniquement grâce au nectar que j’ai trouvé dans l’oeuvre de bien meilleurs écrivains ». C’est très joliment dit!

Les -: Euh là j’ai envie de m’indigner! On nous promet le retour des gitans, moi trop heureuse, ouiiiiii les gitans reviennent… AU DERNIER CHAPITRE! Quelle grande mascarade!

La fin. Ce dénouement qui n’arrive jamais. C’était long! J’avais l’impression que l’auteur se cachait derrière moi en se disant « Mais tu vas pleurer oui!!! » Difficile de ne pas Spoiler, mais j’avais hâte qu’on en finisse!

Le fait que P(SPOIL) soit moins proche de Lyra (c’est ce qui m’a rendue la plus triste en fait), et le fait que Lyra grandisse (même syndrome qu’Harry Potter, lui non plus je ne voulais pas qu’il grandisse!).

Et puis vraiment trop de Soleil et de plages!

Ma note:

15/20 Une belle manière de clôturer la trilogie, mais j’aurais aimé retrouver à la fin l’esprit du premier tome (Le grand Nord, le froid, les ours, les gitans), histoire de boucler la boucle. Mais une guerre est passée et tout le monde a changé. Ça n’aurait pas pu être la même chose.

Citations choisies:

« Les sténographes qui notaient chaque mot étaient des nonnes de l’ordre de Saint-Philomel ayant fait vœu de silence mais, en entendant les paroles de Fra Pavel, l’une d’elle laissa échapper un petit cri de stupeur et, aussitôt, toutes les mains s’agitèrent comme des oiseaux affolés lorsque les religieuses se signèrent. »

« Elle n’avait jamais connu un tel silence, pas même dans l’immensité neigeuse de l’Arctique : il n’y avait pas un souffle de vent, la mer était si calme qu’aucune vaguelette ne venait lécher le rivage ; le monde semblait suspendu entre une inspiration et une expiration. »

« Capable d’être dans l’incertitude, le mystère et le doute, en oubliant l’exaspérante quête de la vérité et de la raison. Voilà l’état d’esprit qui convient. »

« Ce qui mérite d’être possédé mérite qu’on travaille pour l’obtenir. »

Hollow city (Deuxième tome de Miss Peregrine et les enfants particuliers)

Hop! Aussitôt terminé aussitôt résumé! Oui je sais votre majesté est trop bonne! (Et que celui au fond à gauche garde pour lui ses remarques graveleuses)   Je viens donc de terminer Hollow city, le deuxième tome de la saga Miss Peregrine et les enfants particuliers. Et la première chose que je peux vous dire c’est que j’ai été ravie de lire ce livre! Je partais avec quelques à priori du fait que j’avais lu pas mal de commentaires disant qu’il était moins bien que le premier mais personnellement je l’ai préféré. Je vous en dis un peu plus dans ce qui suit…

Résumé royal (attention SPOILER si vous n’avez pas lu le tome I):

Jacob a donc décidé de suivre ses amis particuliers dans leur quête de la dernière ombrune qui n’a pas encore été capturée. Durant leur périple ils vont rencontrer d’autres particuliers, mais aussi d’autres créatures moins agréables. Passant de boucles en boucles, ils vont traverser plusieurs époques en très peu de temps, car le temps leur est compté.

Voilà, je n’en dirai pas plus parce que je ne veux pas dévoiler quoi que ce soit.

Résumé au dos du livre:

Un deuxième tome merveilleux et étrange, tout aussi passionnant.

(Voilà débrouillez vous avec ça!)

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Toujours cet univers particulier avec un voyage dans le temps parfaitement illustré, on s’y croirait! Ce serait prétentieux de ma part, mais je trouve que l’auteur a fait des progrès au niveau de son écriture depuis le tome I (à moins que ce soit la traduction). Un gros point positif également au niveau du rythme! On court avec les enfants, on est angoissé avec eux à cause du temps qui passe trop vite et que la quête de la dernière ombrune n’aboutit pas. Vraiment ravie à ce niveau car je trouvais que le tome I traînait justement en longueur. Et enfin, chapeau bas pour la fin! Je crois que je suis passée par tous les états! Du stress à la déception, puis au ravissement! Encore une fois je n’en dirai pas plus, simplement que je suis ravie que la toute fin soit ouverte, ce qui signifie qu’il y aura certainement une suite, et ça c’est cool! (Ça y est ça lit des romans jeunesses et ça cause comme une roturière! Enfin ressaisissez vous majesté!)

Les -: Le seul point négatif pour moi, c’est que du fait de ce rythme soutenu, l’auteur ne développe pas assez les dons des enfants, leurs particularités. Même s’ils s’en servent pour se défendre et avancer, je regrette qu’ils n’en fassent pas plus usage. Mais je chipote, je chipote!

Ma note:

18/20  J’ai beaucoup aimé. Ce n’est pas un coup de cœur parce que ce n’est pas pour moi de la grande littérature non plus mais j’ai passé un très bon moment. Surtout à la fin! Ah cette fin! J’ai hâte de lire la suite!

Citations choisies:

« Cela dit, j’avais déjà fait ce choix quand j’avais accepté de partir vers l’inconnu avec les enfants particuliers. Et, pour être honnête, j’avais rêvé d’aventure depuis que j’étais petit. A l’époque, je croyais au destin. J’y croyais dur comme fer. J’éprouvais une drôle de démangeaison dans la poitrine quand j’écoutais les histoires extraordinaires de mon grand-père. « Un jour ce sera moi »

« Un être invisible! Quelle rare surprise! J’ai l’impression que vous êtes des particuliers… très particuliers. »

« Je voudrais bien t’acheter pour te libérer, a continué Olive, mais on a dépensé tout notre argent dans les billets de train. On n’a même plus de quoi s’offrir des tartes à la viande, et encore moins une esclave, je suis désolée.

  L’enfant a pivoté vers elle.

  – Je ne suis pas à vendre! a-t-elle crié en tapant du pied.

  – Tu en es sûre?

  – Oui! »

« Depuis le début de notre périple, la situation ne m’avait jamais paru aussi incertaine. Voilà que notre avenir était suspendu au bon vouloir d’un pigeon! »

Miss Peregrine et les enfants particuliers

MISS-PEREGRINE-ET-LES-ENFANTS-PARTICULIERS_ouvrage_popin

Ah ah, se dit-elle, comment donc vais-je pouvoir présenter mon premier livre?

Et bien comme ceci (pardonnez votre majesté si son commentaire n’est pas Tôpissime à votre goût, elle s’améliorera au fil du temps et de vos remarques  – gentilles les remarques hein?):

Je disais donc… Ah oui, Miss Peregrine et les enfants particuliers.

Cela faisait un bon moment que votre majesté louchait sur ce bel ouvrage en se disant « Ça ma reine c’est un livre pour toi! ». Mais disons que suite à de nombreuses péripéties, je ne nommerais point les cadeaux de Noël, votre reine s’est considérablement appauvrie. MAIS les cadeaux de Noël étant à double sens, son budget a quelque peu augmenté et elle a sauté sur l’occasion pour s’offrir son Précieux. Disons que je comptais depuis un moment l’acheter d’occasion mais comme le bruit que mon Seigneur Ô le grand Tim Burton avait eu la merveilleuse et Lumineuse et Ô rutilante idée d’adapter ce roman en une magnifique oeuvre, et bien son prix d’occasion était quasi identique au neuf. Bref tout ça pour dire qu’il est à moi, enfin et que je l’ai dévoré ce week-end. 

Voici donc mon avis, je suis bien entendu en tant que débutante dans la blogosphère ouverte à tout commentaire, réflexion, compliments, flatteries, Éloges, Louanges…

Résumé royal:

Jacob, un adolescent « normal » est très proche de son grand père, qui depuis sa petite enfance lui raconte des histoires complètements loufoques sur son passé avec des personnages aux pouvoirs surnaturels, photos à l’appui. Bien entendu, en grandissant, Jacob se rend compte que ces histoires ne sont que des inventions de son grand père et comprend que celui-ci s’est toujours moqué de lui en lui demandant de les prendre au sérieux. Jusqu’au jour où se produit un événement important (Ah ah je vous tiens! Vous pensiez donc que j’allais tout vous révéler!!!) qui mènera Jacob, après quelques instructions très vagues de son grand-père, sur une île du Pays de Galle qu’il va explorer à la recherche de la vérité. C’est alors qu’il va faire la connaissance de Miss Peregrine et des enfants particuliers…

Voilà n’insistez pas, je n’en dirai pas plus! Sinon autant vous raconter l’histoire hein!

Résumé au dos du livre:

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante.

Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Un univers surnaturel et Noir comme je les aime (dans la limite du raisonnable, nous sommes dans de la littérature jeunesse), qui reste malgré tout très réaliste, ce qui fait que l’on se prend vraiment à penser que ce monde existe, que ces enfants existent, et que l’on a très envie de prendre le bateau jusqu’au Pays de Galles pour les rencontrer. Les photographies sont également très bien choisies, et l’on est d’autant plus ravi d’apprendre que ce sont de vraies photos d’archives. Et bien sûr, gros point positif, les graphismes! Là je suis totalement fan! Les illustrations, les couleurs, si les livres étaient personnalisés, votre reine l’aurait voulu tel quel!

Les -: Et oui, parce-qu’il y en a quand même, d’abord, un début qui traîne en longueur, une histoire qui met beaucoup de temps à se mettre en place, ce que j’ai trouvé dommage car du coup la suite se déroule très (trop) vite. Le livre est à mon avis quasi coupé en deux: l’avant rencontre où tout est lent, où il ne se passe pas grand chose, environ la moitié du roman, et l’après, où tout s’accélère, où Jacob vit à mille à l’heure (ce qui est un comble quand on sait qu’en ce lieu les personnages ne peuvent pas vieillir). En enfin, parce-qu’il faut bien qu’une reine chipote avec les détails, les photos qui sont un peu trop facilement présentées (j’aurais aimé être tenue en haleine avant chacune et avoir hâte de les découvrir, mais elles étaient là avant que je me lamente sur le fait que je ne lis pas assez vite).

Ma note:

17/20  J’ai beaucoup aimé, mais ce n’est pas le coup de cœur que j’attendais. Mais j’ai quand même hâte de lire la suite qui promet d’être palpitante.

Citations choisies:

Citations qui m’ont plu même si elles n’ont pas vraiment de rapport avec l’histoire, mais il y a des choses comme ça qui font sourire!

« De plus près, j’ai constaté que les pots ne contenaient ni fruits, ni légumes, mais des organes. Des cerveaux. Des cœurs. Des poumons. Des yeux. Tous conservés dans du formol, d’où la puanteur… J’ai reculé en suffoquant, à la fois dégoûté et horrifié. Dans quel endroit étais-je tombé? On trouve ce genre de bocaux dans les sous-sols d’une école de médecine, à la rigueur. Pas dans un foyer pour enfants! »

« Mais, si chaque jour était exactement semblable au précédent et si, comme l’avait affirmé Miss Peregrine, les enfants ne pouvaient pas partir, cet endroit n’était pas seulement un paradis. C’était aussi une prison. »

« Pendant cent générations, il a dormi, blotti comme un fœtus dans le ventre mystérieux de la terre, fermentant dans les ténèbres tel un fruit oublié dans un garde manger, jusqu’à ce que la fourche d’un fermier le déterre, brutale sage-femme, étrange récolte. »