Premier amour

Mesdames, Messieurs, bonsoir! Je reviens ce soir avec une nouvelle qui m’a été conseillée par Amélie Nothomb, excusez du peu! Je la remercie mille fois pour cette découverte, j’ai beaucoup aimé cette lecture! Romantisme POWER! Attention, cependant, si comme moi vous la téléchargez au format numérique pour liseuse (le texte faisant partie du domaine public, il est accessible gratuitement, PRO-FI-TEZ – EN!), plusieurs fichiers auxquels j’ai eu accès sont incomplets (il manque le dernier ou les deux derniers chapitres, ce qui est vraiment dommage puisque le dernier est pour moi le plus beau). Donc il faut que votre texte se termine par « […] et pour moi » (désolée pour le peu d’information mais la dernière phrase est en fait un SPOILER).

Pour les intéressés, vous pouvez le lire au format PDF ici (oui je sais votre majesté est trop bonne, elle l’a cherchée pour vous. Non, ne me remerciez pas, ce n’est rien, voyons!)

Résumé royal:

Vladimir Pétrovitch, Zinaïda, la découverte du sentiment amoureux, la jalousie, le secret, la solitude, la souffrance… (oui, à histoire courte, résumé court).

Résumé sur livraddict:

«Quelle fille excitante que Zinaïda!» écrit Flaubert à Tourgueniev à propos de son roman. «C’est une de vos qualités de savoir inventer les femmes. Elles sont idéales et réelles. Elles ont l’attraction et l’auréole.» Irrésistible du haut de ses vingt et un printemps, la capricieuse et attirante Zinaïda fait chavirer le cœur du jeune Vladimir Pétrovitch, seize ans à peine. Premier amour et premiers tourments d’un enfant épris de la jolie princesse pour l’avoir vue par-dessus la palissade de son domaine… Mais lorsque Zinaïda devient froide et mystérieuse, d’étranges soupçons envahissent l’esprit de Vladimir. Quel est donc ce rival secret qui l’éloigne de lui?

Ce que j’en ai pensé:

Les +: La noirceur sous-jacente : en grande fan de Tim Burton et autres choses du même genre que je suis, j’aime le fait que l’histoire, même si elle est romantique à souhait, ne tombe jamais dans la mièvrerie. On sent tout au long du récit qu’il y a un malaise quelque part et… non n’insistez pas je n’en dirai pas plus!

Les -: Trop court. Oui je sais c’est une nouvelle. Mais un roman plus approfondi aurait été bien aussi, avec plus de psychologie des différents personnages peut être.

Ma note:

16/20  J’ai beaucoup aimé cette lecture, mais ce n’est quand même pas un coup de cœur. J’aurais préféré une version plus longue, où l’on se serait plus intéressé à la psychologie des personnages, autant principaux que secondaires. Je recommande tout de même sans hésiter cette nouvelle, surtout si comme moi vous ne connaissez pas encore les Russes : c’est une belle entrée en matière.

Citations choisies:

« Je dépérissais à vue d’œil quand Zinaïda n’était pas là : j’avais la tête vide, tout me tombait des mains et je passais mes journées à penser à elle… Je dépérissais loin d’elle, ai-je dit… N’allez pas croire, pour cela, que je me sentisse mieux en sa présence… Dévoré de jalousie, conscient de mon insignifiance, je me vexais pour un rien et adoptais une attitude sottement servile. »

« Elle en fut amusée et commença à rire de ma passion, à me tourner en bourrique, à me faire goûter les pires supplices. Quoi de plus agréable que de sentir que l’on est la source unique, la cause arbitraire et irresponsable des joies et des malheurs d’autrui ?… C’était précisément ce qu’elle faisait, et moi, je n’étais qu’une cire molle entre ses doigts cruels. »

« Ce que je venais d’apprendre était au-dessus de mes forces… J’étais écrasé, anéanti… Tout était fini… Mes belles fleurs gisaient, éparses autour de moi, piétinées, flétries. »

Publicités

Le Sabotage amoureux

Bonsoir et bonne soirée ! Je ne suis pas très présente en ce moment, je vous prie de m’excuser. Il se trouve que je lis moins, ayant moins de temps, mais surtout que j’ai reçu pour Noël une liseuse (Kobo glow, pour les intéressés), ce qui fait que je peux maintenant trimbaler avec moi toute une flopée de livres et de ce fait, en lire plusieurs en même temps. Et forcément, ça prend du temps pour en finir un. Soyez ravis, chers serviteurs, c’est chose faite (*hourras, *acclamations) ! J’étais sceptique à propos des liseuses, mais il faut avouer qu’il y a tout de même un avantage: mon sac à main est beaucoup plus léger depuis qu’il ne contient plus la moitié de ma bibliothèque (« oui mais je prends ce livre, mais si ce n’est pas mon humeur du moment je prends celui là pour avoir le choix mais si il ne me plaît pas, au cas où, je prends celui là, et je prends tout ça même si je ne vais avoir qu’une heure pour lire aujourd’hui et que je rentre à la maison ce soir… »).

J’ai donc terminé Le Sabotage amoureux d’Amelie Nothomb (et oui encore elle et je n’en ai pas terminé avec cet auteur étant donné que j’ai décidé de (re)lire tous ses romans dans l’ordre chronologique de parution). Celui-ci n’est pas mon préféré mais j’ai tout de même passé un très bon moment. Si je n’ai pas chroniqué Hygiène de l’assassin, qui est son premier (et qui fait partie de mes plus gros coups de cœur du monde dans la terre dans l’univers), c’est simplement parce que je l’ai lu plusieurs fois et qu’il faudrait que je le relise encore une fois pour écrire une chronique, donc ce sera pour plus tard.

Bref, revenons à nos couronnes…

Résumé royal:

L’enfance de l’auteur durant les trois ans qu’elle a passés en Chine. La méchanceté des enfants « légitimée » par une grande épopée, des escapades à cheval, la découverte du sentiment amoureux… et de l’autodérision, toujours.

Résumé au dos du livre:

Saviez-vous qu’un pays communiste, c’est un pays où il y a des ventilateurs ? Que de 1972 à 1975, une guerre mondiale a fait rage dans la cité-ghetto de San Li Tun, à Pékin? Qu’un vélo est en réalité un cheval ? Que passé la puberté, tout le reste n’est qu’un épilogue?

Vous l’apprendrez et bien d’autres choses encore dans ce roman inclassable, épique et drôle, fantastique et tragique, qui nous conte aussi une histoire d’amour authentique, absolu, celui qui peut naître dans un cœur de sept ans. Un sabotage amoureux : sabotage, comme sous les sabots d’un cheval qui est un vélo…

Avec ce roman, son deuxième livre, Amélie Nothomb s’est imposée comme un des noms les plus prometteurs de la jeune génération littéraire.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Je le dis et le redis, j’adore Amélie Nothomb! C’est une personne d’une immense gentillesse et qui pour moi a vraiment un talent formidable. J’adore sa façon d’écrire, et je suis d’autant plus impressionnée quand je me rend compte qu’elle a écrit ce roman alors qu’elle avait mon âge aujourd’hui. Chapeau Madame!

L’humour! Cette faculté qu’elle a de nous faire rire de tout, y compris (et surtout) d’elle même.

Le vocabulaire. Je sais que ça en dérange certains, mais moi ça me plaît d’apprendre des nouveaux mots quand je lis, et de devoir parfois stopper ma lecture pour prendre le dictionnaire.

Les -: Peut être quelques longueurs parfois, mais c’est tout.

Ma note:

15/20  Pas mon préféré de Nothomb, mais c’était un chouette moment. Que j’aime cet auteur! Hâte de lire le suivant. Mais avant, je vais commencer par ceux qu’elle m’a conseillés (oui parce que j’ai reçu un joli cadeau en provenance de Paris vendredi dernier… une jolie lettre! Jolie émotion aussi!).

Citations choisies:

« Je n’avais jamais eu d’ami ou d’amie. Je n’y avais même pas songé. A quoi m’eussent-ils servi? J’étais enchantée de ma compagnie.

J’avais besoin de parents, d’ennemis et de compagnons d’armes. Dans une moindre mesure, j’avais besoin d’esclaves et de spectateurs  –  question de standing. »

« C’était mon troisième hiver au pays des Ventilateurs. Comme d’habitude, mon nez se transformait en Dame aux camélias, crachant le sang avec une belle prodigalité. »

« La neige, où je lisais des questions qui me donnaient très chaud et puis très froid.

La neige, sale et dure, que je finissais par manger dans l’espoir d’y trouver une réponse, en vain.

La neige, eau éclatée, sable de gel, sel non pas de la terre, mais du ciel, ciel non salé, au goût de silex, à la texture de gemme pilée, au parfum de froidure, pigment du blanc, seule couleur qui tombe des nuages.

La neige qui amortit tout  –  les bruits, les chutes, le temps  –  pour mieux mettre en valeur les choses éternelles et immuables comme le sang, la lumière, les illusions. »

Le Miroir d’Ambre – A la croisée des mondes / 3

Tout est bien qui finit… triste! Et moi je suis contente d’avoir enfin fini (même si j’ai failli, je l’avoue, verser ma petite larme. En même temps, quel mélodrame cette fin)! Il est de ces livres que l’on ne veut jamais terminer, desquels on déguste chaque page comme si la vie allait s’arrêter quand on les aura refermés. Ça n’a pas du tout été mon cas ici. J’ai eu beau apprécier cette lecture, je me dis qu’ENFIN je vais pouvoir passer à autre chose. J’ai trouvé ce tome meilleur que le précédent, plus rythmé, plus intéressant, mais je crois que lire les trois d’affilée, c’était trop pour moi.

Difficile d’en parler sans dévoiler quoi que ce soit des tomes précédents (mais je suis contente que certains personnages meurent enfin! Non, non, n’insistez pas, je n’en dirais pas plus.).

Comme dans le tome 2, on retrouve une critique très virulente de l’église, parfois de façon explicite: « Mais il était parfois nécessaire de tuer des gens, par exemple; dans ces cas-là, l’assassin était beaucoup plus serein s’il pouvait agir en état de grâce », ou encore « Le crucifix autour de son cou et le fusil dans son dos étaient les deux symboles de sa volonté inébranlable d’accomplir sa tâche ». Je préfère ne pas donner d’avis critique, n’étant pas compétente pour le faire, mais je trouve dommage que ce genre de choses apparaissent dans un livre jeunesse, les enfants ne disposant (à mon avis) pas d’assez de sens critique ou de culture historique pour comprendre le contexte dans lequel se déroule l’histoire.

Ah et j’ai aussi remarqué que l’auteur aime les mots « bougainvilliers » et « rhododendrons », on les retrouve souvent!

Résumé royal:

La disparition. Des anges amoureux. Le sommeil. Le retour de Iorek. Serafina Pekkala. Les changements climatiques. Ama. La forteresse. Des complots. Mary. Des personnages étranges au squelette en losange. La Sibérie. Le feu. La course. Les affrontements. Mme Coulter. Les libellules. Des personnes de petite taille. La forge. La montagne. Lord Asriel. Le vaisseau d’intentions. Une mission. Un voyage particulier. Les harpies. L’Eglise. La mort. La bataille…

Résumé au dos du livre:

Lyra, l’héroïne des Royaumes du Nord et de La Tour des Anges, est retenue prisonnière par sa mère, Mme Coulter, qui pour mieux s’assurer de sa docilité, l’a plongée dans un sommeil artificiel. Will, le compagnon de Lyra, armé du poignard subtil, s’est lancé à sa recherche, escorté de deux anges, Balthamos et Baruch. Avec leur aide, il parviendra à délivrer son amie. Mais, à son réveil, Lyra lui annonce qu’une mission encore plus périlleuse, presque désespérée, les attend : ils doivent descendre dans le monde des morts…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: J’ai adoré les passages avec Mary et les mulefas, c’était nouveau, très inventif, et plein de beaux sentiments (instant de mièvrerie, le retour!).

Contente de retrouver les anciens personnages, même si le paysage du grand nord du premier tome m’a manqué (trop de soleil! Trop de soleil! Et moi qui pensais que ce serait une histoire parfaite à lire pendant l’hiver!).

Mon côté sorcière a beaucoup aimé les harpies aussi! Très chouette description, j’aurais presque senti leur odeur!

La « morale » de l’histoire: Donnez, beaucoup, mais surtout, soyez libres!

Enfin, ce que Philip Pullman écrit dans ses remerciements: « J’ai volé des idées dans tous les livres que j’ai lus. Quand j’effectue des recherches pour un roman, mon principe est le suivant: « Lire comme un papillon, écrire comme une abeille » et, si cette histoire renferme un peu de miel, c’est uniquement grâce au nectar que j’ai trouvé dans l’oeuvre de bien meilleurs écrivains ». C’est très joliment dit!

Les -: Euh là j’ai envie de m’indigner! On nous promet le retour des gitans, moi trop heureuse, ouiiiiii les gitans reviennent… AU DERNIER CHAPITRE! Quelle grande mascarade!

La fin. Ce dénouement qui n’arrive jamais. C’était long! J’avais l’impression que l’auteur se cachait derrière moi en se disant « Mais tu vas pleurer oui!!! » Difficile de ne pas Spoiler, mais j’avais hâte qu’on en finisse!

Le fait que P(SPOIL) soit moins proche de Lyra (c’est ce qui m’a rendue la plus triste en fait), et le fait que Lyra grandisse (même syndrome qu’Harry Potter, lui non plus je ne voulais pas qu’il grandisse!).

Et puis vraiment trop de Soleil et de plages!

Ma note:

15/20 Une belle manière de clôturer la trilogie, mais j’aurais aimé retrouver à la fin l’esprit du premier tome (Le grand Nord, le froid, les ours, les gitans), histoire de boucler la boucle. Mais une guerre est passée et tout le monde a changé. Ça n’aurait pas pu être la même chose.

Citations choisies:

« Les sténographes qui notaient chaque mot étaient des nonnes de l’ordre de Saint-Philomel ayant fait vœu de silence mais, en entendant les paroles de Fra Pavel, l’une d’elle laissa échapper un petit cri de stupeur et, aussitôt, toutes les mains s’agitèrent comme des oiseaux affolés lorsque les religieuses se signèrent. »

« Elle n’avait jamais connu un tel silence, pas même dans l’immensité neigeuse de l’Arctique : il n’y avait pas un souffle de vent, la mer était si calme qu’aucune vaguelette ne venait lécher le rivage ; le monde semblait suspendu entre une inspiration et une expiration. »

« Capable d’être dans l’incertitude, le mystère et le doute, en oubliant l’exaspérante quête de la vérité et de la raison. Voilà l’état d’esprit qui convient. »

« Ce qui mérite d’être possédé mérite qu’on travaille pour l’obtenir. »

La tour des Anges – A la croisée des mondes / 2

Bon, bon, bon… On pleure tout de suite ou bien? Pour vous la faire courte, j’ai moins aimé ce tome que le premier et du coup, j’hésitais un peu à lire le troisième (du moins pas tout de suite). Ma rencontre avec Amélie Nothomb y est pour beaucoup, j’ai envie de dévorer certains de ses romans que je ne connais pas encore, ainsi que des classiques et autres réjouissances d’un niveau, dirons nous, un peu plus élevé. Attention, je ne critique pas du tout ce livre (je ne vois pas au nom de quoi je pourrais le faire), surtout que je le trouve justement d’un niveau plus élevé que la plupart des livres jeunesse. Non, je dirais plutôt que j’ai envie de lectures plus « adultes ».

Mais voilà, à la fin tout s’est précipité, et maintenant j’ai envie de connaître la suite (surtout qu’étant quelqu’un de très organisée, n’est-ce pas, j’ai déjà emprunté le troisième tome à la bibliothèque). Je vais donc le lire vite fait bien fait, avant de passer à autre chose.

Voilà!

J’ai appris qu’il n’avaient pas adapté ce roman en un deuxième film, parce qu’il était considéré comme beaucoup trop subversif. On constate en effet une grosse critique des institutions: Eglises, autorités politiques, armée, corruption, tout le monde a droit à son lot de dénonciations!

Résumé royal:

Will, un chat, un meurtre, une fenêtre invisible, le soleil, la plage, des enfants, le désert, Oxford, la Caverne, des spectres, les anges, un vol, un couteau, des fenêtres, du sang, un singe doré, la fuite, Hester, Lee, les sorcières…

Résumé au dos du livre:

Le jeune Will, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, est persuadé d’avoir tué un homme. Dans sa fuite, il franchit une brèche presque invisible qui lui permet de passer dans un monde parallèle. Là, à Cittàgazze, la ville au-delà de l’Aurore, il rencontre Lyra. Ensemble, les deux enfants devront lutter contre les forces obscures du mal et, pour accomplir leur quête, pénétrer dans la mystérieuse tour des Anges…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: La fin, un bon rythme, de l’émotion, c’était chouette.

Le fait de connaître un peu mieux les sorcières aussi. Et Lee. Et Hester son daemon que je voudrais serrer dans mes bras (voilà, voilà, l’instant de mièvrerie est à présent terminé).

La fin. Même si j’étais dégoûtée de ce dénouement, j’avoue qu’il m’a bien eue sur ce coup là, je ne m’y attendais pas!

Les -: La très (trop) grosse première partie. Que c’était long! Le point de vue avait beau changer sans arrêt, ce qui était intéressant (on suit les aventures de plusieurs personnes en parallèle), je me suis quand même un peu ennuyée!

Ma note:

13/20  J’ai beaucoup moins aimé ce tome que le premier, même si la fin m’a quand même convaincue de lire la suite (quelle âme faible je fais!).

Citations choisies:

« Sa voix était enivrante, apaisante, douce, musicale et jeune. Il était impatient de voir à quoi ressemblait cette femme, car Lyra ne lui avait jamais décrit sa mère, et le visage qui accompagnait cette voix était forcément remarquable. »

« Il m’a décrit les innombrables ignominies perpétrées au nom de l’Autorité ; il m’a raconté comment, dans certains mondes, on capture les sorcières pour les brûler vives, mes sœurs, oui, des sorcières comme nous… »

« Ils pensaient qu’elle était folle, et ils voulaient lui faire du mal, peut-être même la tuer, ça ne m’aurait pas étonné. Elle était différente d’eux, alors ils la haïssaient. »

« Partout, j’ai rencontré la folie, mais parsemée de grains de sagesse. Sans doute y avait-il beaucoup plus de sagesse que je voulais m’en apercevoir. La vie est dure, monsieur Scoresby, et pourtant, tout le monde s’y accroche. »

Les Royaumes du Nord – A la croisée des mondes / 1

Je vous souhaite le bonjour! Suis très embêtée, voyez vous, car je viens de terminer le tome 1 des Royaumes du Nord, que j’ai emprunté à la bibliothèque, qu’il se termine, avouons le, sur un petit suspense, et que JE NE POURRAIS PAS AVOIR LA SUITE AVANT MARDI! Oui, je vous entend déjà me dire, mais voyons, Majesté, il fallait prévoir! A ça je répondrai que j’avais PRÉVU de l’emprunter avant hier, que je suis retournée EXPRÈS à la bibliothèque, MAIS COMMENT POUVAIS-JE PRÉVOIR, QUE, COMME PAR HASARD, C’EST PILE LE JOUR QU’ILS ONT CHOISI POUR FAIRE UN INVENTAIRE AU RAYON JEUNESSE QUI ÉTAIT DU COUP INACCESSIBLE? Je vais donc prendre mon mal en patience et attendre jusqu’à mardi (puisque la bibliothèque est ENCORE UN HASARD fermée le lundi). Bref!

J’ai eu envie de lire ce livre parce que j’avais vu que Margaud Liseuse participait au challenge organisé par Tartines aux pommes (vous suivez hein!), qui consistait à lire les trois tomes de la série en un mois. Je n’étais pas spécialement intéressée par ce challenge, vu que ce n’était pas du tout mon type de lectures du moment, mais j’ai quand même noté dans un coin de mon fabuleux esprit que je n’avais pas lu cette trilogie qui a eu beaucoup de succès, et que ce ne serait pas mal, à l’occasion de combler cette lacune.

J’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’histoire au début, trouvant peut être l’histoire trop enfantine, et puis j’ai été happée par ce bouquin, et je comprend mieux l’engouement qu’il a pu susciter. J’aime bien le personnage de Lyra et celui de son daemon, et surtout, j’adore Mme Coulter (oui je suis diabolique Mouahahah…)! Je n’ai pas pu m’empêcher de l’imaginer avec les traits de Cate Blanchett, et d’ailleurs je propose que l’on refasse le film avec elle dans ce rôle! J’ai vu l’adaptation de La croisée des mondes il y a très longtemps et je ne m’en souviens pas du tout mais quand je regarde la distribution aujourd’hui, je me dis que je suis d’accord avec seulement une partie du casting. Pour moi, la distribution idéale ce serait plutôt ça:

cate blanchettMme Coulter

Lyra

19101536.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Lord Asriel

564288.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Tony Costa

Lee Scoresby

Avouez que ce serait pas mal non? Bien entendu, je plussoie le choix d’Eva Green pour Serafina Pekkala, rien à redire là dessus, elle est parfaite pour le rôle!

Résumé royal:

Lyra, le Jordan College, les batailles de boue, les toits, les Érudits, son daemon Pantalaimon, les secrets, Lord Asriel, des disparitions d’enfants, Mme Coulter, un singe doré, le luxe, les gitans, les péniches, Ma Costa, la fuite, un objet précieux, un ballon dirigeable, le feu, le grand Nord, les ours, les aurores boréales, le froid, les sorcières, les nuages, la poussière, la tour, la folie, le garçon des cuisines, le pont…

Résumé au dos du livre:

Pourquoi la jeune Lyra, élevée dans l’atmosphère confinée du prestigieux Jordan College, est-elle l’objet de tant d’attentions? De quelle mystérieuse mission est-elle investie? Lorsque son meilleur ami disparaît, victime des ravisseurs d’enfants qui opèrent dans le pays, elle se lance sur ses traces. Un périlleux voyage vers le Grand Nord, qui lui révélera ses extraordinaires pouvoirs et la conduira à la frontière d’un autre monde.

Le premier tome de la célèbre et fascinante trilogie, chef-d’oeuvre que le tallent de Philip Pullman rend accessible à tous.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: L’inventivité de l’auteur! Mais où est-il allé chercher tout ça? Bien sûr on retrouve des allusions précises à la mythologie ou la science, mais quand même, les daemons, tout ça, chapeau bas!

Autre point positif (qui est en partie un point négatif, j’en parle plus bas), c’est que malgré le fait que ce soit un livre jeunesse, il pose certains problèmes qui ne peuvent être compréhensibles que par les adultes (religion, corruption, politique), ce qui rend la lecture intéressante pour tout le monde.

Enfin, l’histoire pleine de rebondissements qui nous tient en haleine du début à la fin.

Ah et j’aurais adoré passer du temps sur les péniches des gitans moi aussi (et que Ma Costa me fasse un énorme câlin)! Elles sont tellement bien décrites que je rêvais de ce confort et cette chaleur! J’aurais lu ça à 11 ans, je suis certaine que j’aurais aussitôt déboulé dans la cuisine en affirmant que je voulais devenir gitane! Bon bien sûr après être devenue sorcière, mais à 25 ans j’attends toujours ma lettre pour Poudlard (je ne désespère pas, je l’aurai un jour, je l’aurai!).

Les -: Justement le fait que certains passages soient compliqués pour les enfants. Tous les termes scientifiques, les négociations politiques ou autres conversations d’adultes me semblent quand même ardues pour un livre jeunesse.

Et aussi le début, j’ai trouvé que l’histoire mettait beaucoup de temps à se mettre en place ce qui fait que j’ai failli abandonner ma lecture. J’aurais loupé quelque chose quand même!

Ma note:

16/20  Ce n’est pas la lecture du siècle, mais j’ai quand même passé un très bon moment. J’ai failli mettre 15, mais +1 pour l’épisode sur les péniches des gitans, je me suis régalée!

Citations choisies:

« Lyra était allongée sur le dos, raide, trop fatiguée pour dormir, trop émerveillée pour se poser des questions. »

« Lyra sentait que l’atmosphère avait changé. Tout à l’heure, dehors, les enfants avaient envie de jouer, ils débordaient d’énergie ; puis, quand ils avaient aperçu [BIP! SPOILER], leur enthousiasme avait cédé la place à une peur hystérique difficilement contenue, mais maintenant, on percevait de la détermination et du sang froid dans leur volubilité. Lyra s’émerveillait du pouvoir de l’espoir. »