Contes de Noël

Aujourd’hui, je reviens avec un conte de Dickens, plutôt de circonstance n’est-ce pas! Autant te le dire tout de suite : j’ai adoré cette lecture! Cette histoire se déroule à Londres à Noël, et je crois que tout le monde devrait la découvrir en cette période. Il y a tout ce que j’aime dans cette histoire : Noël, de la neige, et surtout, des fantômes! Ouiiiii! Et puis ça finit bien, et ça, ça fait plaisir !

On sent que ce conte a inspiré énormément d’auteurs, je vais te citer un passage :

« Quittant le théâtre bruyant des affaires, ils allèrent dans un quartier obscur de la ville, où Scrooge n’avait pas encore pénétré, quoiqu’il en connût parfaitement les êtres et la mauvaise renommée. Les rues étaient sales et étroites, les boutiques et les maisons misérables, les habitants à demi nus, ivres, mal chaussés, hideux. Des allées et des passages sombres, comme autant d’égouts, vomissaient leurs odeurs repoussantes, leurs immondices et leurs ignobles habitants dans ce labyrinthe de rues ; tout le quartier respirait le crime, l’ordure, la misère. Au fond de ce repaire infâme on voyait une boutique basse, s’avançant en saillie sous le toit d’un auvent, dans laquelle on achetait le fer, les vieux chiffons, les vieilles bouteilles, les os, les restes des assiettes du dîner d’hier au soir. Sur le plancher, à l’intérieur, étaient entassés des clefs rouillées, des clous, des chaînes, des gonds, des limes, des plateaux de balances, des poids et toute espèce de ferraille. Des mystères que peu de personnes eussent été curieuses d’approfondir s’agitaient peut-être sous ces monceaux de guenilles repoussantes, sous ces masses de graisse corrompue et ces sépulcres d’ossements. »

Ça ne te ferait pas penser à un autre quartier sombre et malfamé?

Passons à la suite…

Résumé royal:

Scrooge, un vieux radin qui ne veut pas fêter Noël. Le froid qui s’installe. Une apparition sur le pas de la porte. Une sonnette qui s’agite. Une apparition sans entrailles. Un drôle de spectacle. L’heure détraquée. L’esprit du Noël passé. L’esprit du Noël présent. Le dernier esprit…

Résumé au dos du livre:

Le soir de Noël, un vieil homme égoïste et solitaire choisit de passer la soirée seul. Mais les esprits de Noël en ont décidé autrement. L’entraînant tour à tour dans son passé, son présent et son futur, les trois spectres lui montrent ce que sera son avenir s’il persiste à ignorer que le bonheur existe, même dans le quotidien le plus ordinaire.

Ce que j’en ai pensé:

Les + : Le Londres un peu gothique de Dickens, j’adore! Voyez plutôt : « Il n’y a pas de doute que Marley était mort : ceci doit être parfaitement compris, autrement l’histoire que je vais raconter ne pourrait rien avoir de merveilleux. »

La capacité de cet auteur à nous plonger au cœur de l’histoire et nous faire oublier ce qui existe autour de nous. C’était Noël pour moi aujourd’hui.

Un conte qui finit bien, qui donne envie de sourire, de gâter ses proches, de passer de bonnes fêtes. On se sentirait presque honteux d’être grognon sinon!

Les petites allusions de l’auteur au cours de l’histoire, c’est quand même Dickens hein, il ne va pas manquer une occasion de dénoncer des injustices ou de lancer une petite pique de temps en temps : « […] qu’en outre Scrooge possédait aussi peu de ce qu’on appelle imagination qu’aucun habitant de la Cité de Londres, y compris même, je crains d’être un peu téméraire, la corporation, les aldermen et les notables. »

Sa façon de dénoncer l’avarice avec humour…

Les – : Trop court, je pense, c’était tellement chouette!

Ma note:

18/20 J’ai vraiment aimé cette lecture, j’aime beaucoup Dickens. J’ai hâte de me replonger dans un de ses romans. J’ai aussi envie de découvrir les adaptations en film de ce conte, histoire de me plonger pour de bon dans l’ambiance!

Citations choisies:

« Scrooge prit son triste dîner dans la triste taverne où il mangeait d’ordinaire. Ayant lu tous les journaux et charmé le reste de la soirée en parcourant son livre de comptes, il alla chez lui pour se coucher. »

« L’obscurité ne coûte pas cher, c’est pour cela que Scrooge ne la détestait pas. »

« Les rideaux de son lit furent tirés, et Scrooge, se dressant dans l’attitude d’une personne à demi couchée, se trouva face à face avec le visiteur surnaturel qui les tirait, aussi près de lui que je le suis maintenant de vous, et notez que je me tiens debout, en esprit, à votre coude. »

Publicités

Les ferrailleurs 1 – Le château

Hey, salutations!

Aujourd’hui je te parle du tome 1 de la saga Les Ferrailleurs : Le Château. Pour la petite histoire, j’étais à la fnac, cherchant un cadeau pour une amie, lorsque j’ai été happée par cette couverture (qui est vraiment canon, avouons-le), chose qui m’arrive quand même très rarement. Comme n’importe quelle personne un tant soit peu réfléchie (mais oui…), avant d’emporter avec moi mon précieux, je regarde rapidement les avis sur Livraddict. Et là, je me rend compte qu’il était sur ma wish list (majesté, 0 – boulet, 1). Voilà comment son petit côté burtonien m’a séduite deux fois.

Résumé royal:

Un enfant qui entend les objets, une orpheline tachetée, une poignée de porte perdue, un cousin tortionnaire, des discussions dans une horloge, des punaises qui piquent, un nom perdu, une séance sur canapé, une mouette disparue, des paroles étranges, une tasse repose moustache, un oncle aveugle qui les entend aussi, des conduits de cheminées, une grand-mère séquestrée, une autruche, un bouton d’argile et un demi souverain…

Résumé au dos du livre:

Au milieu d’un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, gigantesque puzzle architectural, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, qui le suivra toute sa vie.
Clod a quinze ans et possède un don singulier : il est capable d’entendre parler les objets… Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît. Les murmures des objets se font de plus en plus insistants. Dehors, une terrible tempête menace. Et voici qu’une jeune orpheline se présente à la porte du Château…

Entre Gormenghast, de Mervyn Peake, et les délices steampunk d’Otomo ou de China Miéville, féerie machinique peuplée de cauchemars gothiques, telle s’annonce l’histoire de la déchetterie fantastique d’Edward Carey. François Angelier, Le Monde des livres.

Ce que j’en ai pensé:

Les + : Les illustrations de l’auteur, sombres et belles, de personnages macabres et farfelus.

Le plan du manoir au début du livre! J’adore quand un livre commence par un plan ou une carte, ici on est directement plongé dans le fatras de ces lieux avant même d’avoir lu une ligne.

Bien sûr, le contexte : quoi de mieux que l’Angleterre victorienne, n’est ce pas? Gothique à souhait!

L’idée des objets de naissance, tu ressentirais quoi, toi si on te donnais « un racloir à chaussure »?

Le personnage de Tummis. Complètement déjanté, mais qui a des convictions et les assume jusqu’au bout, quitte à en souffrir.

La grand-mère qui s’énerve vers la fin, et là je me suis dit : « Enfin quelqu’un pète les plombs dans cette barraque! »

Les – : J’ai mis beaucoup de temps à entrer dans l’histoire, au moins la moitié du livre.

Un peu déçue par le côté « pas assez loufoque » que promettait la couverture (même si l’autruche m’a bien fait rire). J’ai plutôt aimé cette lecture, mais je m’attendais à ce que ce soit un peu plus sombre et plus déjanté, avec de l’humour noir, façon famille Addams.

Les objets qui prennent vie, une excellente idée, mais pourquoi les transformer en monstre façon Marvel? Pour l’adaptation au cinéma? J’ai malheureusement eu l’impression que ce livre est écrit dans le but d’être adapté à l’écran (ce qui serait sans doute formidable, je n’ai rien à redire là dessus, c’est simplement le côté scénario déjà ficelé qui me gêne).

Ma note:

14/20 J’ai apprécié cette lecture, le côté hyper-inventif de l’auteur, ses descriptions, mais je n’ai pas réussi à être absorbée par l’histoire. Je lirai sans doute le tome 2 en espérant me réconcilier avec les Ferrayor. Je l’espère vraiment.

Citations choisies:

« Je file dans mes appartements, qui seront vides sans toi. Mais je vais retrouver mes scarabées poilus, mes poissons d’argent, mes vers de farine, mes charançons, mes mites et mes termites, mes cafards, mes blattes, mes phoridae, mes bousiers, mes hannetons, mes mouches à viande, mes cloportes et mes punaises, mes moucherons et mes perce-oreilles, sans oublier bien sûr ma mouette cendrée, et à tous je transmettrai tes salutations.

– Merci, vieux robinet, à plus tard.

– Allez, vieille bonde, dit-il, et pas un mot à ce sujet, hein? »

« Parfois, pour avoir le sentiment d’une indépendance encore plus grande et l’impression que je m’appartenais pleinement, je m’allumais une pipe en argile ou prenais même une bouffée de cigarillo si j’en avais trouvé un, sinon je me roulais tout seul dans mon coin une cigarette avec des chutes d’ongle et de la poussière de mites séchées. »

« Grand-Père, pour nous les Ferrayor, était à lui seul toutes les planètes et leurs mouvements : nul soleil ne pouvait jamais se lever, aucun matin, aucune couleur, aucun mouvement, aucun souffle ne pouvait advenir sans son autorisation. Il était l’autorisation d’exister, revêtue de sombres habits, dans un costume noir, très noir. »

Les Catilinaires

Mes chers sujets, je vous souhaite bien le bonsoir! J’ai été quelque peu absente, je vous l’accorde. Pas le moral, pas envie de lire. Je me pose beaucoup de questions en ce moment, sur mon avenir, le sens de la vie, tout ça… Alors j’ai un peu de mal à me concentrer. Mais ça revient petit à petit.

Quoi de mieux qu’un bon Nothomb pour se remettre d’aplomb?

J’avais déjà lu celui-ci mais j’ai vraiment éprouvé du plaisir à le relire, à le redécouvrir, d’une certaine manière. C’est fou comme notre vie, nos expériences, peuvent influencer notre façon de voir les choses! Disons que je n’ai pas éprouvé les mêmes sentiments envers les personnages de cette histoire que la première fois que j’ai lu ce livre, il y a quelques années. Ai-je grandi? De façon positive? Bref, fin des méditations, je vous en parle…

Résumé royal:

Un couple de jeunes retraités, une maison isolée, le paradis sur terre, la neige, la forêt. Un voisin encombrant, le désenchantement, la découverte de soi…

Résumé au dos du livre:

La solitude à deux, tel était le rêve d’Emile et de Juliette. Une maison au fond des bois pour y finir leurs jours, l’un près de l’autre. Étrangement, cette parfaite thébaïde comportait un voisin. Un nommé Palamède Bernardin, qui d’abord est venu se présenter, puis a pris l’habitude de s’incruster chez eux chaque après-midi, de quatre à six heures. Sans dire un mot, ou presque. Et cette présence absurde va peu à peu devenir plus dérangeante pour le couple que toutes les foules du monde…
C’est une comédie très noire, d’une lucidité tour à tour drôle et dévastatrice, que nous offre ici la romancière d’Hygiène de l’assassin, révélation littéraire de 1992.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Encore et toujours, l’écriture d’Amélie Nothomb. Toujours des histoires sombres avec ces pointes d’humour noir qui me font éclater de rire malgré la tension régnante. Son audace : elle n’hésite pas à décrire la laideur des personnages, ne cherche pas le politiquement correct et j’aime ça! Parce-que cela ne nous empêche pas d’éprouver de l’empathie pour ces personnages, parce-que ce regard, même s’il est empreint d’une réalité plutôt impitoyable, n’est pas fondamentalement méchant. Et c’est ce que j’aime tant chez cet auteur. C’est une personne d’une infinie gentillesse. Et malgré la noirceur, cela transparaît dans son écriture. C’est mon avis en tout cas.

Le personnage de Bernadette, bien sûr! J’ai ri!

Le personnage de Juliette aussi, très attendrissante.

Le dernier paragraphe qui répond au premier. On s’interroge toujours. Et on comprend. Ou pas…

Les -: Quelques longueurs parfois, mais nécessaires à l’histoire. On se met à la place des personnages, on les comprend.

La fin un peu rapide. Mais nécessaire aussi, d’un autre côté parce-que la tension devenait trop importante. Il était temps d’en finir!

Ma note:

15/20  Une belle lecture! J’ai retrouvé cet humour noir de l’auteur que j’ai tellement aimé dans Hygiène de l’assassin. Voilà qui me redonne toujours le goût de lire!

Citations choisies:

« On ne sait rien de soi. On croit s’habituer à être soi, c’est le contraire. Plus les années passent et moins on comprend qui est cette personne au nom de laquelle on dit et fait les choses. »

« Juliette et moi, nous voulions avoir soixante-cinq ans, nous voulions quitter cette perte de temps qu’est le monde. Citadins depuis notre naissance, nous désirions vivre à la campagne, non par amour de la nature que par besoin de solitude. Un besoin forcené qui s’apparente à la faim, à la soif et au dégoût. »

« Le voisin avait franchi notre seuil puis tendu la main au-dehors : il avait tiré vers l’intérieur quelque chose d’énorme et de lent. Il s’agissait d’une masse de chair qui portait une robe, ou plutôt que l’on avait enrobée dans un tissu.

Il fallait se rendre à l’évidence : comme il n’y avait rien d’autre avec le docteur, il fallait en conclure que cette protubérance s’appelait Bernadette Bernardin. »

Le Prisonnier du ciel

Non!!!! Ça ne peut pas se finir comme ça!!! Je viens juste de le terminer, il faut que je t’en parle vite, vite!

Résumé royal:

La librairie, Noël, la crèche et le petit Jésus, un mystérieux visiteur, les ennuis de Fermín, le passé, la prison, David Martín…

Résumé au dos du livre:

Barcelone, 1957.

La sonnette tinte sur le seuil de la librairie Sempere. Le client s’approche de Daniel en boitant. L’objet de sa visite ? Un magnifique exemplaire du Comte de Monte-Cristo… Qu’il laisse à l’attention de Fermín, en congé, accompagné d’un curieux message du passé…

C’étaient les heures noires du franquisme : à la prison de Monjuïc, parmi les damnés du régime, Fermín portait le numéro 13.

Les fantômes refont surface. Dans l’ombre, le Cimetière des Livres oubliés cache toujours son secret…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Mais tout! J’ai retrouvé le plaisir de lire que j’ai éprouvé dans le premier tome, les personnages que j’avais tant aimés!

L’histoire de Fermín, dont on apprend le passé horrible et qui malgré tout nous fait toujours autant rire!

L’histoire tellement bien menée, le lien qui est fait entre les deux tomes précédents qui éclaircit tout, le passé de Fermín, la suite de l’histoire de David Martín. Ce tome donne envie de tout relire, pour bien comprendre les détails maintenant qu’on sait (et maintenant que je ne suis plus malade, ce qui m’a peut être empêché de comprendre les subtilités du tome 2)!

Toujours cette ambiance qu’arrive à installer cet auteur de génie qui fait qu’on s’arrête presque de respirer pendant deux pages pour tout à coup éclater de rire!

Et la fin! Cette fin si émouvante et tellement… ouverte!!! A quand la suite, à quand la suite!!!!!!!

Les -: Trop court! Je ne voulais pas que ça s’arrête, même si la tension était à son comble! Je ressens maintenant cette espèce de mélancolie qu’on éprouve quand on referme un livre qu’on a tant aimé. Il va me falloir un peu de temps, je crois, pour pouvoir passer à autre chose.

Ma note:

19/20  C’était bien! C’est passé trop vite! J’ai tellement hâte de découvrir la suite! Parce que oui il y aura une suite, je l’ai lu ici. Mais je n’ai pas trop d’informations sur ça. Tu en sais plus toi? Si oui, dis moi tout dans les commentaires, j’ai hâte de savoir!

Citations choisies:

 « Il arrive qu’on se fatigue de fuir, dit Fermín. Le monde est très petit quand on ne sait pas où aller. »

« Et on prétend que le fou est Martín!

-Le fou est celui qui se prend pour quelqu’un de normal et qui croit que les autres sont des imbéciles. »

« Les hommes sont comme les marrons qu’on vous vend dans la rue : quand on les achète, ils sont tout brûlants et ils sentent bon, puis dès qu’on les sort de leur écorce ils refroidissent tout de suite et on s’aperçoit qu’ils sont presque tous gâtés à l’intérieur. »

Le jeu de l’ange

Bonsoir et bonne fin de semaine! Je reviens aujourd’hui après avoir terrassé un virus que j’ai bravement combattu pendant deux semaines, sans que l’idée de périr à la bataille ait seulement effleuré mon royal esprit! Et ouaip!

Je viens de finir Le jeu de l’ange, qui est la suite de L’ombre du vent dont je t’ai parlé ici et j’avoue avoir été un peu déçue. De par mon coup de cœur pour le premier tome, j’attendais beaucoup de ce roman. Un peu trop peut être. Bon j’ai pas détesté hein! Je t’en dis un peu plus plus loin…

Résumé royal:

Un journal, un roman feuilleton, une proposition, la fatigue, la maladie, les personnes à qui l’on doit tout, le cimetière des livres oubliés, une proposition, un rêve, Isabella, les doutes…

Résumé au dos du livre:

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l’offre inespérée d’un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n’en a jamais existé, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués », en échange d’une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu’il aime le plus au monde. En monnayant son talent d’écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

Ce que j’en ai pensé:

A nouveau, je remarque que Zafon se moque avec beaucoup d’humour de la religion, du moins du côté très pieux des espagnols, par exemple dans cet extrait: « Tu ne vas pas me sortir maintenant que tu n’es pas un mécréant comme moi et que tu veux arriver le cœur et le reste vierges dans le lit nuptial, que tu es une âme pure n’aspirant qu’à attendre ce moment magique où l’amour véritable te fera découvrir l’extase de la fusion de la chair et de l’âme bénie par le Saint-Esprit pour peupler le monde d’enfants qui porterons ton nom et auront les yeux de leur mère, cette sainte femme modèle de vertu et de pudeur dont la main t’ouvrira les portes du ciel sous le regard bienveillant et approbateur de l’Enfant Jésus. »

Les +: On retrouve le cimetière des livres oubliés, la librairie Sempere et fils et l’ambiance sombre, gothique, les lieux secrets de cette Barcelone que j’ai adorés dans le premier tome.

La fin. Tout s’enchaîne, on est happé par l’histoire et on ne voit pas le temps passer. Et les toutes dernières pages, très touchantes.

Le personnage d’Isabella qui amène de la bonne humeur dans cette histoire sombre, comme Fermín dans L’Ombre du vent.

Encore une fois, un livre qui parle de livres et du métier d’écrivain.

Les -: Le côté « roman policier ». Mais ça c’est entièrement personnel, je ne suis pas très fan de ce type de littérature.

J’ai décroché plusieurs fois, étant un peu perdue dans le marasme des événements, mais j’ai compris à la fin que c’était normal, qu’il n’y avait pas spécialement de logique à tout ça.

Le surnaturel. En général j’aime beaucoup ça, mais dans ce livre empli de réalisme, et sachant que l’histoire précède celle de L’Ombre du vent où on ne trouve rien d’irréaliste, les événements surnaturels m’ont plutôt gênée.

Ma note:

14/20  J’ai aimé, mais ai été déçue par rapport au premier tome. Je le conseillerais quand même étant donné qu’il reçoit de bonnes critiques de la part d’autres lecteurs (tu peux lire d’autres critiques sur Babelio, Livraddict…).

Citations choisies:

« Isabella, si tu veux réellement te consacrer à écrire, ou tout au moins à écrire pour que d’autres te lisent, il va falloir que tu t’habitues à ce que parfois les autres t’ignorent, t’insultent, te méprisent et, presque toujours, te montrent de l’indifférence. Ça fait partie des charmes du métier. »

« Mais si vous préférez, nous pouvons observer une minute de silence.

-Ce ne sera pas nécessaire.

-Evidemment pas. Cela n’est nécessaire que si l’on n’a rien de valable à dire. Le silence pare les sots d’intelligence, l’espace d’une minute. »

« Pas besoin de vous fâcher. Le problème, c’est que l’inspiration ne vient pas.

-L’inspiration vient quand on pose ses coudes sur la table et son derrière sur la chaise, et que l’on commence à transpirer. Choisis un sujet, une idée, et passe ta cervelle au presse-citron jusqu’à ce qu’elle te fasse mal. C’est ça l’inspiration. »

« L’un des principaux expédients propres à l’écrivain professionnel qu’Isabella avait appris de moi était l’art et la pratique de la procrastination. Tout vétéran dans ce métier sait que n’importe quelle occupation, que ce soit tailler son crayon ou compter les mouches, a priorité sur l’acte de s’asseoir à son bureau et se creuser la cervelle. »

L’Ombre du vent

Hey! Oui je suis toujours vivante! Et même, j’ai fini hier soir L’Ombre du vent, alors vous voyez que je ne chôme pas! Est-ce que je vous le dit tout de suite, ou est-ce que je garde un peu de suspense? Non, je vous dis tout, il s’agit d’un gros COUP DE COEUR! Pas très étonnant quand on voit les éloges à propos de ce livre. Cette critique trouvée sur Babelio par exemple : « Ce livre tient en haleine du début à la fin et émerveille par sa poésie et la finesse psychologique de ses personnages.  » Hein pas mal non?

Il se trouve que mon côté borné privilégie toujours la littérature des « pays du nord », ainsi je renie en beauté mes origines espagnoles et mon côté latin (remarque mon amoureux m’a quand même fait remarquer un jour que j’étais tellement blanche que c’était davantage le côté flammekueche que flamenco que l’on remarque en premier chez moi…). ERREUR, GROSSIERE ERREUR! Voilà comment j’ai attendu 25 ans pour découvrir cet auteur! C’est chose faite à présent, et je vais m’empresser de lire le deuxième tome de la série que j’ai trouvée par hasard pour 25cts chez Emmaüs, excusez du peu (je ne peux que vous recommander Emmaüs pour les livres d’occasion, on trouve parfois de véritables pépites pour trois fois rien)!!!

Résumé royal:

L’après guerre, le cimetière des livres oubliés, des amours impossibles, une enquête, la violence, une grande histoire d’amitié, le rire, l’angoisse, la rue…

Résumé au dos du livre:

1945. Barcelone se réveille après neuf années de guerre. Dans une ruelle étroite, deux silhouettes émergent du petit jour. Un père, libraire, et son fils de 10 ans s’en vont sacrifier à un rituel centenaire. Bientôt, le Cimetière des livres oubliés leur ouvrira ses portes. Parmi les fantômes et les rayonnages, le jeune Daniel choisira un volume, un seul. Ce sera L’Ombre du vent. Dès lors, la recherche de son auteur, Julián Carax, obsédera Daniel jusqu’à façonner le cours de son existence…

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Attention ça promet d’être long…

Le personnage de Fermín et ses aphorismes génialissimes! J’ai rarement autant ri en lisant un roman.

L’alternance entre rire et angoisse sans arrêt, tout au long du roman, ce qui permet de respirer un peu entre toutes ces tensions.

Les personnages qui sont chacun attachants à leur façon. Et les méchants que l’on déteste vraiment. La psychologie des personnages est tellement bien décrite que l’on se met à avoir des sentiments réels envers eux.

Pas emballée au premier abord par le fait que l’histoire se déroule en Espagne mais j’ai retrouvé le côté noir, gothique, que j’adore dans les romans anglais, ce qui m’a complètement fait changer d’avis.

C’est un livre qui parle de livres!!!

C’est LE livre qui te donne plus envie de visiter Barcelone que n’importe quel guide de voyage! Et dieu sait que je suis pourtant une adepte du routard!

Les -: Si il fallait dire quelque chose, je dirais peut être le dénouement un peu trop attendu, mais c’est vraiment pour chipoter!

Ah, sinon la couverture fragile de cette édition. Très jolie mais vraiment fragile.

Ma note:

19/20  Gros coup de cœur, j’ai hâte de découvrir la suite!

Citations choisies:

 « Un jour, j’ai entendu un habitué de la librairie de mon père dire que rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s’ouvre vraiment un chemin jusqu’à son cœur. Ces premières images, l’écho de ces premiers mots que nous croyons avoir laissés derrière nous, nous accompagnent toute notre vie et sculptent dans notre mémoire un palais auquel, tôt ou tard – et peu importe le nombre de livres que nous lisons, combien d’univers nous découvrons – nous reviendrons un jour. »

« La télévision est l’Antéchrist, mon cher Daniel, et je vous dis, moi, qu’il suffira de trois ou quatre générations pour que les gens ne sachent même plus lâcher un pet pour leur compte et que l’être humain retourne à la caverne, à la barbarie médiévale et à l’état d’imbécillité que la limace avait déjà dépassé au Pléistocène. Ce monde ne mourra pas d’une bombe atomique, comme le disent les journaux, il mourra de rire, de banalité, en transformant tout en farce et, de plus, en mauvaise farce. »

 » – Au contraire. Le sot parle, le lâche se tait, le sage écoute.

 – Qui a dit ça? Sénèque?

 – Non. M. Braulio Recolons, charcutier rue Aviñón, qui possède un don extraordinaire tant pour le boudin que pour l’aphorisme bien placé. »

« Julián m’avait affirmé un jour que l’auteur s’écrit à lui-même pour se dire des choses qu’il ne pourrait comprendre autrement. »

Le Sabotage amoureux

Bonsoir et bonne soirée ! Je ne suis pas très présente en ce moment, je vous prie de m’excuser. Il se trouve que je lis moins, ayant moins de temps, mais surtout que j’ai reçu pour Noël une liseuse (Kobo glow, pour les intéressés), ce qui fait que je peux maintenant trimbaler avec moi toute une flopée de livres et de ce fait, en lire plusieurs en même temps. Et forcément, ça prend du temps pour en finir un. Soyez ravis, chers serviteurs, c’est chose faite (*hourras, *acclamations) ! J’étais sceptique à propos des liseuses, mais il faut avouer qu’il y a tout de même un avantage: mon sac à main est beaucoup plus léger depuis qu’il ne contient plus la moitié de ma bibliothèque (« oui mais je prends ce livre, mais si ce n’est pas mon humeur du moment je prends celui là pour avoir le choix mais si il ne me plaît pas, au cas où, je prends celui là, et je prends tout ça même si je ne vais avoir qu’une heure pour lire aujourd’hui et que je rentre à la maison ce soir… »).

J’ai donc terminé Le Sabotage amoureux d’Amelie Nothomb (et oui encore elle et je n’en ai pas terminé avec cet auteur étant donné que j’ai décidé de (re)lire tous ses romans dans l’ordre chronologique de parution). Celui-ci n’est pas mon préféré mais j’ai tout de même passé un très bon moment. Si je n’ai pas chroniqué Hygiène de l’assassin, qui est son premier (et qui fait partie de mes plus gros coups de cœur du monde dans la terre dans l’univers), c’est simplement parce que je l’ai lu plusieurs fois et qu’il faudrait que je le relise encore une fois pour écrire une chronique, donc ce sera pour plus tard.

Bref, revenons à nos couronnes…

Résumé royal:

L’enfance de l’auteur durant les trois ans qu’elle a passés en Chine. La méchanceté des enfants « légitimée » par une grande épopée, des escapades à cheval, la découverte du sentiment amoureux… et de l’autodérision, toujours.

Résumé au dos du livre:

Saviez-vous qu’un pays communiste, c’est un pays où il y a des ventilateurs ? Que de 1972 à 1975, une guerre mondiale a fait rage dans la cité-ghetto de San Li Tun, à Pékin? Qu’un vélo est en réalité un cheval ? Que passé la puberté, tout le reste n’est qu’un épilogue?

Vous l’apprendrez et bien d’autres choses encore dans ce roman inclassable, épique et drôle, fantastique et tragique, qui nous conte aussi une histoire d’amour authentique, absolu, celui qui peut naître dans un cœur de sept ans. Un sabotage amoureux : sabotage, comme sous les sabots d’un cheval qui est un vélo…

Avec ce roman, son deuxième livre, Amélie Nothomb s’est imposée comme un des noms les plus prometteurs de la jeune génération littéraire.

Ce que j’en ai pensé:

Les +: Je le dis et le redis, j’adore Amélie Nothomb! C’est une personne d’une immense gentillesse et qui pour moi a vraiment un talent formidable. J’adore sa façon d’écrire, et je suis d’autant plus impressionnée quand je me rend compte qu’elle a écrit ce roman alors qu’elle avait mon âge aujourd’hui. Chapeau Madame!

L’humour! Cette faculté qu’elle a de nous faire rire de tout, y compris (et surtout) d’elle même.

Le vocabulaire. Je sais que ça en dérange certains, mais moi ça me plaît d’apprendre des nouveaux mots quand je lis, et de devoir parfois stopper ma lecture pour prendre le dictionnaire.

Les -: Peut être quelques longueurs parfois, mais c’est tout.

Ma note:

15/20  Pas mon préféré de Nothomb, mais c’était un chouette moment. Que j’aime cet auteur! Hâte de lire le suivant. Mais avant, je vais commencer par ceux qu’elle m’a conseillés (oui parce que j’ai reçu un joli cadeau en provenance de Paris vendredi dernier… une jolie lettre! Jolie émotion aussi!).

Citations choisies:

« Je n’avais jamais eu d’ami ou d’amie. Je n’y avais même pas songé. A quoi m’eussent-ils servi? J’étais enchantée de ma compagnie.

J’avais besoin de parents, d’ennemis et de compagnons d’armes. Dans une moindre mesure, j’avais besoin d’esclaves et de spectateurs  –  question de standing. »

« C’était mon troisième hiver au pays des Ventilateurs. Comme d’habitude, mon nez se transformait en Dame aux camélias, crachant le sang avec une belle prodigalité. »

« La neige, où je lisais des questions qui me donnaient très chaud et puis très froid.

La neige, sale et dure, que je finissais par manger dans l’espoir d’y trouver une réponse, en vain.

La neige, eau éclatée, sable de gel, sel non pas de la terre, mais du ciel, ciel non salé, au goût de silex, à la texture de gemme pilée, au parfum de froidure, pigment du blanc, seule couleur qui tombe des nuages.

La neige qui amortit tout  –  les bruits, les chutes, le temps  –  pour mieux mettre en valeur les choses éternelles et immuables comme le sang, la lumière, les illusions. »